Colore ton monde x Slow sunday Paris - épisode 2 Indigo

07.10.2019

Comme je vous le racontais dans mon précédent article, j’ai collaboré cet été avec Suzy, formatrice et co-fondatrice de Colore ton Monde, une association qui propose des ateliers et des formations en teinture naturelle, à Sceaux près de Paris. Aujourd'hui je vous parle de la seconde teinte que vous avons travaillé: le bleu indigo ...

 

Nous avons décidé de donner à la version chemise, une belle teinte bleue, nous avons donc travaillé avec de l'indigo.

 

Je tiens à préciser que je ne suis pas une spécialiste de la teinture indigo qui reste un procédé assez technique, le but de cet article est de vous retranscrire au mieux ce que j'ai appris et compris lors de cette journée d’initiation ! La teinture indigo est assez longue à réaliser et le procédé très différent de celui de la teinture avec le cachou.

 

Pour commencer un petit rappel de ce qu'est l'indigo, si ce terme sert à désigner une belle nuance de bleu, il s'agit d'un pigment, qui peut-être extrait de nombreuses plantes comme l'indigotier ou encore le pastel des teinturiers.

 

 

Indigofera tinctoria. Handcolored copperplate engraving of a botanical illustration by J. Schaly from G. T. Wilhelm's "Unterhaltungen aus der Naturgeschichte" (Encyclopedia of Natural History), Vienna, 1817.

Source : www.alamy.com

Source : jardinage.lemonde.fr

 

 

 

Pour être utilisés en teinture, les pigments extraits de ces plantes ont besoin d'être dissouts dans une solution liquide privée d'air et basique (dont le PH est compris entre 7 et 14). La teinture à l'indigo se fait donc à l'aide d'une grande cuve, que l'on enrichie d'agents réducteurs et alcalin. Bien sûr en teinture naturelle, aucun produit chimique n'est utilisé.

 

 

 

 

J'ai lu que selon les teinturiers les ingrédients ajoutés dans la cuve à indigo pouvaient varier, chez Colore ton Monde, j'ai retenu l'ajout de chaux (comme agent réducteur), de henné et de miel (comme agent alcalin).

 

Avant d'utiliser la cuve on remue son contenu afin que tout les éléments se remettent en suspension, puis on glisse une sorte de grillage, pour éviter qu'un morceau d'étoffe ne reste accidentellement à l'intérieur.

 

 

 

La cuve peut ainsi être utilisée et enrichie durant plusieurs années, une attention régulière doit être portée au PH. La température également a son importance, en effet la cuve est doucement chauffée avant d'être utilisée, et les bains ne se font pas à froid. Une sonde plongée dans la cuve permet de maîtriser la température de la cuve.

 

 

Comme pour la teinture cachou, nous avons utiliser un beau tissu de la collection des trouvailles d'Amandine, un satin de coton écru, qui avait également été préparé et lavé afin de retirer les apprêts.

 

La teinte d'indigo sera plus ou moins foncée en fonction de deux variables : le temps passé dans le bain et le nombre de bains successifs.

Pour la chemise nous avons effectué 3 bains de 5 à 10 minutes. Nous avions préalablement effectué quelques tests sur des échantillons de tissus.

Lorsque le tissu est plongé dans la cuve (à l'aide de gants), il est important de ne pas rester statique, d'une part pour que la marque des gants ne soit pas visible et d'autre part pour que la teinture soit homogène. Il faut donc s'armer de patience et d'un peu de dextérité !

 

 

 

Lorsque le tissu sort de la cuve, il est plutôt vert, ce qui peut-être un peu perturbant, mais au bout de quelques secondes il s'oxyde au contact de l'air et devient peu à peu bleu, la couleur est alors fixée, il faut alors le rincer pour enlever l'excédent d'indigo et de fleur de chaux.

 

 

Nous avons également fait sécher notre étoffe entre chaque bain (nous étions en période de canicule alors cela n'a pas été trop compliqué!), car il est difficile de se rendre compte de la teinte exacte obtenue lorsque le tissu est mouillé.

 

 

Dernière étape  : le vinaigrage ! Il s'agit simplement de laisser tremper le tissu dans l'eau dilué avec du vinaigre blanc puis de le rincer abondamment ensuite. Cette étape permet surtout le rééquilibrage du PH du tissu.

 

 

En résumé j'ai trouvé que la teinture indigo était assez difficile à maîtriser et nécessitait tout de même un peu d'expérience, c'est aussi un processus assez long, nécessitant de nombreuses opérations, mais les efforts en ont valus la peine, qu'en pensez-vous ?

 

 

 

J'espère que cette deuxième immersion dans l'atelier de teinture végétale de Colore ton Monde vous aura plu et vous donnera l'envie de découvrir cette discipline !

 

À bientôt,

 

Caroline.
 

Please reload

Posts à l'affiche

Nouveau : les patrons femme PDF

27.03.2018

1/3
Please reload

Posts Récents

September 16, 2019

August 10, 2018

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Pinterest - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle