LEXIQUE COUTURE

Des notions et du vocabulaire de la couture expliqués, ces termes reviennent souvent dans les guide de montage. 

La liste est non exhaustive et est mise à jour régulièrement.

Biais : le biais d’un tissu correspond à sa « diagonale ». Un biais est aussi une bande de tissu coupé dans le biais du tissu, le biais étant le sens le plus extensible d'un tissu, on se sert du biais pour les finitions des parties arrondis d'un vêtement (comme une encolure, un bas de chemise arrondi, etc...). Le biais peut s'acheter tout fait et déjà plié mais on peut le fabriquer soi-même.

 

Chaine et trame : un tissu est composé de fils de chaine (verticaux) et de fils de trame (horizontaux). On parle souvent de chaine et trame pour désigner un tissu en opposition aux matières tricotées, c'est-à-dire à la maille. 

Couper au pli : lorsque que l'on coupe un morceau au pli, on positionne le bord à couper au pli, le long du bord plié du tissu (on coupe en double, le tissu est donc plié en deux), il n'y donc pas de marge de couture à cet endroit. Le plus souvent il s'agit du milieu dos ou du milieu devant.

Couture ouverte : technique utilisée lorsque l’on repasse les marges de couture de part et d’autre de la couture d’assemblage. On utilise la couture ouverte fréquemment car celle-ci permet de bien écraser la couture et de bien répartir les épaisseurs provenant des marges de couture. On ouvre souvent les coutures sur les côtés d’un vêtement et aux épaules. 

 

Couture couchée : technique utilisée lorsque l’on repasse les deux marges de couture du même côté.

Cran : sur de nombreux patrons de couture, ils sont symbolisés par des petits triangles. Ces triangles correspondent à des repères de montage et sont sensé nous aider pour assembler les pièces entre elles. S’ils sont souvent indiqué par confort, ils arrivent qu’ils soient indispensables lorsque par exemple vous devez assembler deux morceaux le long de lignes qui ne sont pas identiques, c’est le cas souvent sur les jambes de pantalons, certains empiècements ou encore lorsque l’on assemble une manche montée. Il est donc très important de les reporter lorsque vous recopiez votre patron sur du papier, ensuite faites une petite encoche de quelques millimètres à leur emplacement sur votre tissu, ils vous seront d’une aide précieuse lors du montage.

Cranter : on crante une couture pour enlever un excédent de tissu au niveau des marges de couture, afin qu'elle se place mieux. Il s'agit de découper des petits triangles de façon régulière sur toute la longueur de la partie assemblée. Le plus souvent on crante des courbes. 

Dégarnir un angle ou une courbe : comme lorsque l'on crante une couture, dégarnir consiste à couper une partie des valeurs de couture pour éviter les sur-épaisseurs et obtenir un rendu net sur l'endroit.

Découpe : les découpes font partie du dessin du vêtement , il s'agit de lignes qui le structurent et qui sont visibles de part les coutures ayant servies à assembler les morceaux entre eux le long de ces fameuses découpes. Les découpes peuvent être purement esthétiques mais la plupart du temps elles servent à la construction du vêtement, elles peuvent permettre notamment à faire passer une pince en s'y substituant.  

 

Droit fil : Le droit fil est parallèle à la lisière du tissu, c'est-à-dire, au fil de chaîne. On indique toujours la position du droit fil sur chaque morceau du patronage car c'est grâce à cette indication que l'on positionne les morceaux sur le tissu avant de couper. Cela influence le tombé du vêtement.

Embus : l’embus correspond à un excédent de tissu qu’il faut « résorber » à l’assemblage.

Endroit contre endroit : c'est la façon la plus courante d'assembler les morceaux d'un vêtement entre eux. Il s'agit de positionner les faces "endroit" des deux morceaux à assembler l'une contre l'autre. Lorsque l'on coud on a donc l'envers du tissu face à soi. Les marges de coutures sont donc invisibles à l'extérieur du vêtement et restent à l'intérieur. 

Enforme : il s'agit d'une pièce de tissu qui se place à l'intérieur du vêtement. Ce morceau sert souvent à la finition des ouvertures et permet un résultat très propre est invisible. Comme son nom l'indique, l'enforme prend la forme du vêtement, plus particulièrement le contour de l'ouverture sur lequel il va venir se placer. On l'utilise souvent pour les encolures mais il peut aussi être utiliser en bas de manche ou en haut d'une jupe ou d'un pantalon.

 

Empiècement : à ne pas confondre avec une découpe. Un empiècement est un morceau c'est-à-dire une partie d'un vêtement qui a été mis en forme. Le plus souvent il a été transformé et absorbe des courbes.

Fronces – fils de fronces : les fronces se forment par une accumulation de tissu. Cet excédent crée des petits plis qui doivent être régulièrement répartis. Pour créer des fronces on effectue deux coutures parallèles à points larges le long du bord du tissu. En tirant sur les extrémités des fils, on obtient les fronces.

Fermer une pince : sur un vêtement une pince sert à modeler le vêtement pour qu'il s'adapte aux courbes du corps. Les pinces apparaissent sur les patrons comme des "triangles". Fermer une pince revient à la plier en deux et d'assembler les deux côtés de

celle-ci. Une fois la couture réalisée, une partie du tissu sera alors "pincé" à l'intérieur du vêtement, on aplatira au fer cette partie en l'orientant vers l'un des deux côtés.

Lisière : de part et d'autre de la largeur du tissu on trouve la lisière, il s'agit des deux extrémités d'un rouleau de tissu. La lisière est caractérisée par son bord un peu plus épais que le reste de l'étoffe, parfois "strié" et le plus souvent on y voit de minuscules petits trous qui ont servis lors du tissage.

 

Laize : la laize d’un tissu est tout simplement la largeur de celui-ci, correspondant donc à la largeur du rouleau. La laize la plus répandue est celle d’1m40, mais certains tissus ont une laize d’1m10 (souvent il s’agit de tissus précieux comme la soie), ou même d’1m50 (c’est souvent le cas des tissus maille comme le jersey ou bien des lainages). Certains tissus ont une laize bien particulière comme le Liberty of London qui a une laize d’1m37. On trouve des tailles intérmédiaire comme 1m30, 1m45 etc … Il faut bien faire attention à cette donnée, car elle intervient dans le calcul du métrage nécessaire à la réalisation du vêtement. 

Maille : une maille est un terme utilisé pour les étoffes tricotées (et non tissé) comme le jersey ou bien encore le molleton. Il s'agit d'un entrelacement de fils.

Ourlet : l'ourlet est la finition du bas d'un vêtement ou d'une partie d'un vêtement. Il s'agit de replier le tissu vers l'intérieur du vêtement sur une hauteur définie et régulière puis de maintenir ce repli par une surpiqûre. Il existe plusieurs sortes d'ourlets : ourlet simple, ourlet replié, ourlet mouchoir etc... 

Parmenture : la parmenture est une sorte d'enforme (voir ci-dessus). Le terme parementure est le plus souvent utilisé pour les manteaux et les vestes.

Plan de coupe : c'est un schéma qui sert à placer et organiser de la façon la plus optimale les morceaux sur le tissu avant de les couper. 

Point bourdon : c'est un point de finition très serré qui permet de border un tissu, il permet d'obtenir un liseré de fil très fin sur le bord du tissu et éviter par exemple d'avoir à faire un ourlet mouchoir.

 

Point d’arrêt : au début et à la fin de chaque couture, pour bloquer le fil et sécuriser la couture, on effectue quelques points "en arrière" sur les points avant précédents.

Raccord : on parle de raccord lorsque l'on coud des tissus à carreaux ou à rayures (ou avec un imprimé bien régulier). Il s'agit de raccorder le motif au niveau des coutures afin qu'il n'y ait pas de décalage.

Sous-piqûre : Sous-piquer revient à faire une piqûre à 2/3 mm de la couture d’assemblage entre deux morceaux, en surpiquant ensemble les valeurs de couture de chaque épaisseur et un des deux morceaux. Le plus souvent il s’agit de maintenir un enforme à l’intérieur du vêtement. Cette piqûre est invisible sur l’endroit.

Surfiler : pour éviter que les bords du tissu ne s'effilochent, et pour que l'intérieur du vêtement soit propre, on bloque les bords restés "francs" par un point de surfil ou de surjet que l'on réalise soit à l'aide d'une surfileuse soit à la machine à coudre au point zigzag ou point de surjet.

Surpiqûre nervure : Il s’agit d'une surpiqûre, c'est- à-dire d’un point visible sur l’extérieur, réalisé à 1 ou 2 mm d’un bord replié. 

Thermocollant : il s’agit d’un textile qui est collé sur l’envers du tissu dans le but de le renforcer. Il existe de nombreuses sortes de thermocollants adaptés à de nombreux tissus: fins, rigides, souple, maille, intissé, tissé etc … à chaque tissu correspond un thermocollant. Le thermocollant est double face (une partie collante et une non collante), il faut donc faire attention lorsque vous le couper. L’endroit sera visible à l’intérieur de votre vêtement et l’envers est pourvu de points de colle pour que celui-ci adhère au tissu. Il se pose au fer à repasser sans vapeur. 

Inscription

à la newsletter

Paiement sécurisé

par carte Visa, Mastercard,

American Express ou Paypal

  • Facebook Black Round
  • Instagram Black Round
  • Pinterest - Black Circle

©2019 Slow sunday Paris